top of page

ETUDIER LE CHINOIS Posts

Actualités, conseils, astuces : tout ce que vous devez savoir pour apprendre le chinois et découvrir la Chine !

Petite histoire allégorique "负荆请罪" (Fù jīng qǐng zuì)

"负荆请罪" (fù jīng qǐng zuì) est une expression chinoise qui peut être traduite littéralement en français par "porter des ronces et demander pardon". Cette expression est souvent utilisée dans le contexte de demandes de pardon, d'excuses ou de réparations pour des erreurs, des fautes ou des actions regrettables. Elle met en avant l'idée d'humilité, de responsabilité et de rédemption, encourageant à assumer les conséquences de ses actes et à chercher la réconciliation.


C'est une histoire authentique tirée du livre historique chinois intitulé "Mémoires historiques : Biographie de Lian Po et Lin Xiangru" :


apprendre le chinois en ligne

Lian Po était un célèbre général de l'État de Zhao à la fin de la période des Royaumes combattants en Chine. En l'an 16 du règne du roi Zhao Huiwen (283 av. J.-C.), Lian Po mena une attaque victorieuse contre l'État de Qi au nom de l'État de Zhao, remportant une grande victoire et capturant Yangjin (aujourd'hui dans le comté de Dancheng, Shandong). À la suite de cet exploit, il fut nommé haut fonctionnaire, obtenant ainsi une position éminente. Sa réputation de courage et de compétence au combat se répandit dans tous les États voisins.


Lian Xiangru, un homme de l'État de Zhao, avait été serviteur du fonctionnaire Miao Xian. Plus tard, il fut envoyé par le roi de Zhao en mission diplomatique auprès de l'État de Qin, portant en sa possession un objet rare et précieux appelé le jade impérial. Grâce à son intelligence et à son courage, il réussit à ramener le jade impérial à l'État de Zhao, ce qui lui valut les faveurs du roi et le titre de haut fonctionnaire.


Peu de temps après, l'État de Qin attaqua l'État de Zhao et conquit la cité de Shi (aujourd'hui dans le sud-ouest du comté de Puyang, Henan). L'année suivante, Qin lança une nouvelle offensive contre Zhao, causant la mort de plus de vingt mille personnes. Qin proposa alors au roi de Zhao de renouer des relations amicales en organisant une réunion à Mingchi, en dehors de l'ouest de l'He, où les deux rois pourraient se rencontrer. Le roi de Zhao, craignant Qin, hésitait à accepter l'invitation.


Lian Po et Lian Xiangru convinrent alors le roi en lui disant : "Si le roi n'y va pas, cela montrera la faiblesse et la timidité de l'État de Zhao." Sous l'influence de leurs arguments, le roi décida d'assister à la réunion. Lian Xiangru l'accompagna, tandis que Lian Po resta à la frontière avec des troupes en attente.


Lors de la réunion à Mingchi, Lian Xiangru, avec une éloquence exceptionnelle, eut un débat tendu avec le roi de Qin, préservant l'honneur du roi de Zhao et empêchant Qin de mener des opérations militaires précipitées. Finalement, le roi de Zhao retourna en toute sécurité dans son État. En reconnaissance du courage et de la performance de Lian Xiangru lors de la réunion de Mingchi, le roi de Zhao le nomma haut fonctionnaire, lui donnant ainsi un rang encore plus élevé que celui de Lian Po.

Cela irrita profondément Lian Po, qui pensait que sa position de grand général de l'État de Zhao, gagnée par ses exploits sur les champs de bataille, aurait dû lui conférer un rang supérieur à celui de Lian Xiangru. Il déclara : "J'ai accompli de grandes exploits pour l'État de Zhao sur les champs de bataille, alors que Lian Xiangru n'a gagné sa position élevée que par sa rhétorique. C'est une insulte à mon égard. Si je le rencontre, je vais certainement le humilier." Lorsque Lian Xiangru entendit cela, il évita délibérément de rencontrer Lian Po. Chaque fois qu'il allait à la cour, il prétendait être malade, refusant de rivaliser avec Lian Po.


Un jour, alors que Lian Xiangru sortait, il aperçut de loin le char de Lian Po. Il ordonna à son cocher de changer de direction pour éviter Lian Po. Lian Po, voyant que Lian Xiangru l'évitait ainsi, en tira une grande fierté. Les serviteurs de Lian Xiangru, mécontents de voir sa modestie envers Lian Po, lui dirent : "Nous vous avons rejoint parce que nous admirons votre noblesse d'esprit. Maintenant que vous et le général Lian avez des postes équivalents, et que le général Lian parle mal de vous, non seulement vous n'osez pas lui répondre, mais vous l'évitez constamment.


Nous sommes inutiles ici, permettez-nous de rentrer chez nous !" Lian Xiangru répondit calmement : "Pensez-vous que le général Lian et le roi de Qin soient plus redoutables ?" Les serviteurs dirent : "Bien sûr, le général Lian n'est pas aussi puissant que le roi de Qin." Lian Xiangru expliqua : "Si je peux confronter le roi de Qin avec audace et le réprimander en cour à Qin, bien que je sois incompétent, pourquoi aurais-je peur du général Lian ? Mon seul souci est que la puissante nation de Qin n'ose pas facilement attaquer notre État de Zhao, à cause de notre présence.


Si nous deux nous combattons, il y aura certainement des dommages. Je pense à la sécurité de notre pays, c'est pourquoi je mets de côté nos rancunes personnelles." Après avoir entendu ces paroles, Lian Po se sentit très honteux. Il réalisa que sa petitesse d'esprit aurait pu nuire aux intérêts de l'État, et se dépouilla de ses vêtements, portant des ronces utilisées pour châtier les criminels sur le dos. Guidé par ses serviteurs, il se rendit chez Lian Xiangru pour s'excuser. Il lui dit : "Je suis un homme ignorant, je ne savais pas à quel point vous étiez magnanime !"

Depuis lors, Lian Po et Lian Xiangru devinrent de bons amis, unis pour défendre l'État de Zhao.


Cet idiome exprime le mécontentement de Lian Po envers Lian Xiangru qui occupait un poste supérieur au sien. Après avoir compris les efforts sincères de Lian Xiangru, Lian Po vint s'excuser en portant des ronces sur le dos, et les deux hommes scellèrent une amitié indestructible.


Cette histoire illustre parfaitement que les dirigeants doivent avoir une vision d'ensemble, priorisant l'intérêt national. "La honte est proche du courage. La honte est quelque chose de grand chez l'être humain, car lorsqu'il la reconnaît, il se conduit en sage, sinon en bête. C'est la clé du changement.


C'est également crucial pour la stabilité et l'harmonie du pays et du monde." Les erreurs sont inévitables pour les individus, ce qui importe le plus est d'avoir le courage et la détermination de reconnaître, de regretter et de corriger ces erreurs.


Suivez mon blog pour connaître plus de dictions et allégories chinois.

40 vues0 commentaire

Comments


bottom of page