top of page

ETUDIER LE CHINOIS Posts

Actualités, conseils, astuces : tout ce que vous devez savoir pour apprendre le chinois et découvrir la Chine !

Petite histoire allégorique “一鼓作气” (Yī gǔ zuò qì)

Dernière mise à jour : 23 juin

« Yīgǔ zuòqì », une expression provenant d'une histoire historique, est mentionnée pour la première fois dans les "Annales de Zuo" sous l'année dix du Duc Zhuang. Elle signifie littéralement que, lorsqu'on frappe le premier coup de tambour au combat, le moral des troupes est à son apogée, équivalent à se motiver lorsque l'élan est le plus fort pour achever une tâche d'un seul trait.


apprendre le chinois en ligne

À l'époque des Printemps et des Automnes, alors que les seigneurs se disputaient le pouvoir et que les guerres étaient incessantes, au printemps de 684 av. J.-C., le puissant État de Qi envahit le faible État de Lu. Le Duc Zhuang de Lu mena lui-même ses troupes à Changshao pour le combat.


Sur le champ de bataille de Changshao, les armées se positionnèrent, prêtes pour un grand affrontement. L'armée de Qi prit l'initiative en frappant la première sur les tambours de guerre, lançant une attaque contre celle de Lu. Alors que le Duc Zhuang s'apprêtait à riposter, Cao Gui, qui l'avait rejoint de son propre gré, le retint en disant : « Monseigneur, le moment n'est pas encore venu, attendons encore un peu. » Voyant que les troupes de Lu ne bougeaient pas, Qi frappa une seconde fois les tambours et agita ses drapeaux en criant. Le Duc Zhuang voulut réagir, mais Cao Gui insista pour qu'il ne bouge pas. À la troisième frappe des tambours de Qi, alors que les troupes de Lu restaient immobiles, le moral de Qi baissa, ses soldats épuisés se laissèrent aller au découragement, croyant que Lu ne combattrait plus et commencèrent à se détendre.


C'est alors que Cao Gui décida rapidement qu'il était temps d'attaquer. À mesure que les tambours de Lu sonnaient comme une pluie battante, les soldats, déjà impatients de combattre, chargèrent avec courage. Pris de court, Qi fut rapidement défait, laissant derrière elle armures et armes en fuyant dans toutes les directions. Après la victoire, le Duc Zhuang demanda à Cao Gui pourquoi il avait attendu trois sonneries avant de contre-attaquer. Cao Gui expliqua que le moral des troupes était souvent décisif dans les batailles : le premier coup de tambour galvanise, le deuxième diminue l'ardeur, et au troisième, le moral s'effondre. Quand Qi frappa pour la troisième fois, leurs troupes montrèrent des signes de faiblesse, tandis que celles de Lu, frappant leur premier tambour, étaient au sommet de leur courage, permettant ainsi de remporter la victoire. De plus, craignant que Qi, une grande puissance, feigne une retraite pour mieux attaquer par surprise, il attendit de voir les signes d'une véritable déroute avant de conseiller au Duc d'attaquer.


Convaincu par ces mots, le Duc Zhuang fit encore plus confiance à Cao Gui.


mandarin

Ce récit illustre bien deux idées : d'abord, dans toute entreprise, il est crucial de se lancer à fond dès le départ pour maintenir un haut niveau d'enthousiasme et tirer parti des circonstances. Tout retard diminue la capacité à maîtriser les éléments clés. Ensuite, dans toute action, la stratégie est plus importante que la force brute, et le bon timing, ainsi qu'une observation attentive, sont essentiels.


Suivez mon blog pour connaître plus de dictions et allégories chinois.

4 vues0 commentaire

Comments


bottom of page