top of page

ETUDIER LE CHINOIS Posts

Actualités, conseils, astuces : tout ce que vous devez savoir pour apprendre le chinois et découvrir la Chine !

Petite histoire allégorique "东窗事发"(Dōngchuāng Shìfā)

L'expression chinoise "东窗事发" (dōng chuāng shì fā) est une phrase idiomatique qui signifie littéralement "les affaires exposées par la fenêtre est de l'Est". Elle fait référence à un moment où quelqu'un découvre ou surprend des activités secrètes en observant par une fenêtre orientée vers l'est, ce qui est souvent associé à la lumière du matin qui révèle ce qui était caché.


Cette expression est souvent utilisée pour décrire une situation où un secret, une conspiration ou une action illégale est soudainement découvert ou révélé, généralement de manière inattendue.


L'origine de cette expression remonte à des récits historiques et à des œuvres littéraires chinoises anciennes.


apprendre le chinois en ligne

Qin Hui était un sinistre ministre de la dynastie des Song du Sud. Il était rusé, cruel et impitoyable. Quiconque osait s'opposer à lui se voyait accusé de crimes, allant de simples arrestations à des exécutions sommaires. De nombreux loyaux serviteurs et généraux furent victimes de ses machinations, y compris le célèbre héros de la résistance contre les Jin, Yue Fei, qui fut injustement condamné à mort sous de fausses accusations forgées par Qin Hui.


La situation politique sous les Song du Sud se détériorait de plus en plus. Les Jin du Nord, profitant de l'occasion, envahirent massivement les territoires du Sud, s'emparant de vastes régions. Dans ce moment critique, Yue Fei dirigea avec bravoure les troupes de la famille Yue pour résister aux envahisseurs Jin. Ses troupes étaient courageuses et compétentes, remportant de nombreuses victoires, et parvenant même à capturer Jin Wuzhu, le commandant des Jin. Cependant, Qin Hui s'opposa à la résistance contre les Jin, préférant la négociation. Il exploita la faiblesse et l'indécision de l'empereur Song Gaozong pour promouvoir les avantages de la négociation.


Finalement, l'empereur Gaozong céda à la pression et accepta de négocier avec les Jin, malgré l'opposition de nombreux ministres et généraux, dont Yue Fei. Pour concrétiser la négociation, Qin Hui réalisa qu'il fallait éliminer Yue Fei. Cependant, Yue Fei était populaire parmi le peuple et disposait d'une armée puissante. L'écarter ne serait pas aisé. Un jour, Qin Hui, assis sous sa fenêtre orientée à l'est, réfléchissait à la manière d'éliminer Yue Fei. Sa femme, Wang Shi, entra dans la pièce et lui demanda la raison de ses soucis. Il lui confia son dilemme, et elle suggéra : "Trouver des accusations à porter contre Yue Fei ne devrait pas être trop difficile." Qin Hui répliqua : "Trouver des accusations n'est pas le plus difficile, le défi réside dans le choix de la personne qui les portera. Cette personne doit être un subordonné de Yue Fei, de sorte que cela soit crédible." Wang Shi réfléchit et proposa : "J'ai entendu dire que le général Wang Gui, un subordonné de Yue Fei, s'était montré lâche lors d'une bataille. Yue Fei avait l'intention de le décapiter publiquement, mais il a été épargné grâce à l'intercession d'autres généraux. Il doit nourrir des ressentiments. Pourquoi ne pas le convaincre de porter ces accusations ?" Qin Hui fut ravi et salua sa femme pour son intelligence.


Qin Hui envoya ses hommes trouver Wang Gui et lui demanda de fabriquer des accusations de "complot". Wang Gui refusa, alors Qin Hui et ses complices usèrent de la torture et menacèrent de tuer toute sa famille. Sous la contrainte, Wang Gui céda. En fin de compte, Qin Hui trouva les motifs pour faire exécuter Yue Fei.

Par la suite, Qin Hui mourut également, et sept jours après sa mort, Wang Shi fit appel à un prêtre taoïste pour apaiser son esprit. Le prêtre, méprisant Qin Hui pour avoir causé la mort d'hommes loyaux, feignit un rituel d'apaisement. Puis, il raconta à Wang Shi qu'il avait vu l'âme de Qin Hui souffrir en enfer, où les juges des enfers le tourmentaient. Le prêtre prétendit que Qin Hui avait demandé à Wang Shi de lui transmettre le message suivant : "Dites à ma femme que '东窗事发'."


L'expression "东窗事发" et son histoire illustrent la notion que, pour que personne ne découvre votre acte répréhensible, il faut éviter de le commettre en premier lieu. Cela reflète la croyance en la justice divine, suggérant que, tôt ou tard, la vérité éclatera au grand jour et que la culpabilité ne peut pas être cachée éternellement. C'est un rappel que les actions mauvaises ou malhonnêtes sont susceptibles d'être découvertes et punies.


Le proverbe souligne également une forme de conscience collective qui pèse sur ceux qui font le mal ou calomnient des personnes loyales. Même s'ils échappent à la justice humaine, leur propre culpabilité et leur inquiétude les tourmentent, et ils ne peuvent peut-être même pas se pardonner à eux-mêmes.


En somme, "东窗事发" est un avertissement sur les conséquences des actes malveillants et trompeurs, rappelant que la vérité finira par éclater, que ce soit par la justice des hommes ou par une forme de justice divine, et que ceux qui trahissent la confiance ou calomnient d'autres personnes devront en fin de compte répondre de leurs actes.


Suivez mon blog pour connaître plus de dictions et allégories chinois.

35 vues0 commentaire

Comments


bottom of page