top of page

ETUDIER LE CHINOIS Posts

Actualités, conseils, astuces : tout ce que vous devez savoir pour apprendre le chinois et découvrir la Chine !

Le Kawagebo (卡瓦格博 kǎwǎgébó)

Le Kawagebo ou Moirigkawagarbo, Khawa Karpo, Kha-Kar-Po, comme le désignent les habitants et les pèlerins, est la plus haute montagne de la province chinoise du Yunnan. Il est situé dans le comté autonome Lisu de Weixi, de la préfecture autonome tibétaine de Diqin à la frontière avec la région autonome du Tibet et près de la frontière avec la Birmanie. Il s'élève environ à 20 kilomètres à l'ouest du xian de Diqin. Les tentatives de vaincre ses sommets ont toutes échoué.


voyager en Chine

Le Kawakarpo est le point culminant des monts Meli xue, dans les monts Hengduan. Situé au centre du massif, il s’élève à 6 740 mètres. Il est entouré d'une vingtaine d'autres pics, dont six dépassent 6 000 mètres d’altitude. Le climat du massif est réputé pour être complexe et capricieux, particulièrement en été. Il est marqué par une alternance de saisons sèches et de saisons humides. En été, la température dans la vallée peut varier de 11 à 29 °C, alors qu’à son sommet, la température oscille entre -10 et −20 °C. Les précipitations se concentrent de juin à août, d’une moyenne de annuelle de 600 mm.


apprendre le chinois en ligne

Les pratiquants du bouddhisme tibétain considèrent le Kawakarpo comme une montagne sacrée. Ainsi, une fois par an, les pèlerins effectuent une circumambulation autour du Kawakarpo. Pour les Khampas qui la considèrent comme leur dieu du terroir, Le Kawakarpo est la montagne la plus sacrée. Le pèlerinage est suivi par les bouddhistes tibétains mais également par les adeptes du Bonpos qui effectuent la circumambulation du massif dans le sens inverse des aiguilles d’une montre (contrairement aux bouddhistes). La plupart des pèlerins sont des Tibétains natifs du Kham.


cours de chinois en ligne

Les pèlerins tibétains conçoivent l’au-delà comme une région, région qu’ils ont transposée sur un paysage réel, celui des montagnes sacrées. Cela les conduit à jouer concrètement ce que la conscience immatérielle est supposée faire dans l’au-delà. Nombre des rituels qu’ils exécutent sont liés à des croyances pré-boudhiques, croyances qui coexistent chez les laïcs et les moines peu instruits avec les croyances bouddhiques. En revanche, les guides de pèlerinages dédiés aux montagnes sacrées et composés par des érudits ou des pratiquants visent à transcender la pensée du pèlerin et à modifier son regard, afin de le faire passer de la perception d’un paysage sur lequel sont fixées les croyances traditionnelles à celle d’un lieu saint bouddhique.


Suivez mon blog, vous allez découvrir plusieurs circuits intéressants et différents !

39 vues0 commentaire

Comments


bottom of page